Accès membre
Nouvelles et Activités
Communiqué de presse 23 février 2021

Où sont les femmes de Chaudière-Appalaches dans la relance économique ?

Dans le cadre de la relance économique qui se joue actuellement, le Réseau des Groupes de femmes Chaudière-Appalaches (RGFCA) dévoile la Mise à jour de l’état de situation sur la pauvreté des femmes en Chaudière-Appalaches. À l’instar des autres groupes de femmes régionaux et nationaux, le RGFCA a interpellé la ministre Marie-Ève Proulx afin qu’elle soutienne l’égalité entre les femmes et les hommes dans la relance économique et le budget que son gouvernement présentera très bientôt.

« La crise sanitaire n’a fait qu’exacerber les inégalités déjà présentes entre les femmes et les hommes » soutient Karine Drolet, directrice générale du RGFCA qui a rassemblé de nombreuses données statistiques sur la situation économique des femmes en Chaudière-Appalaches. « Non seulement les femmes sont moins nombreuses en emploi et travaillent moins d’heures que les hommes, mais leur taux horaire est encore moindre. C’est inacceptable! » affirme Mme Drolet.

De plus, des données qualitatives provenant de l’expérience des groupes de femmes de la région permettent de mieux saisir les conséquences majeures de la pauvreté sur les femmes de tous âges.  « Avant la crise sociosanitaire, ce sont 8,6 % des femmes de Chaudière-Appalaches qui vivaient dans des conditions précaires. La situation est particulièrement difficile pour les femmes âgées. De plus, l’isolement dont souffrent de nombreuses femmes est une problématique majeure rencontrée par nos groupes membres », souligne Karine Drolet.

La Mise à jour de l’état de situation sur la pauvreté des femmes en Chaudière-Appalaches se veut un document de référence et de discussion avec les instances régionales pour travailler concrètement à la réduction des inégalités entre les femmes et les hommes, notamment sur le plan économique. Il sera diffusé et présenté à de nombreuses organisations régionales.

L’état de situation a été préparé grâce à la collaboration financière du Secrétariat à la condition féminine. 

-30-

 

Mise à jour de l'état de situation et fiche synthèse:

Mise à jour Pauvrete           synthèse

 
8 mars 2021

Le Réseau des Tables est heureux de se joindre cette année au Collectif 8 mars responsable de souligner au Québec la Journée internationale des droits des femmes 2021.

Le thème de cette année est Écoutons les femmes.

La pandémie ayant mis en évidence la nécessité d’agir pour une égalité durable, nous demandons, en cette période historique « Écoutons les femmes » et soyons protagonistes d’un changement attendu depuis trop longtemps.  Les femmes veulent des mesures concrètes pour combattre la pauvreté et la violence qu’elles subissent afin d’améliorer considérablement leurs conditions de vie et de travail.

Le visuel met en lumière les femmes dans toute leur diversité afin de représenter la pluralité de leurs réalités et des luttes féministes à mener. C’est par l’action collective, solidaire et intersectionnelle que nous pouvons aspirer à une transformation profonde de la société. L’objectif est que chaque femme qui regarde cette illustration s’y reconnaisse et sache que sa voix compte, qu’il y a une prise de conscience de sa réalité et qu’elle sera entendue!

8MARS Reseaux Sociaux 2021 Facebook Image feed 2 FR

Voici le lien pour télécharger les visuels: http://www.reseautablesfemmes.qc.ca/les-visuels-8-mars-sont-disponibles/

 
Communiqué de presse 25 novembre 2020

Les groupes de femmes de Chaudière-Appalaches se mobilisent pour lutter contre les violences faites aux femmes

 

En cette Journée internationale pour l’élimination de la violence à l’égard des femmes, le comité régional de la Marche mondiale de Chaudière-Appalaches annonce officiellement le lancement des activités des groupes de femmes de la région pour la campagne des 12 jours d’action contre les violences faites aux femmes. Cette campagne, qui remonte à 1999, démarre le 25 novembre, date à laquelle est survenu l’assassinat des sœurs Mirabal, trois militantes dominicaines brutalement assassinées en 1960, et se termine le 6 décembre, Journée nationale de commémoration et d’action contre la violence faite aux femmes, en mémoire de l’assassinat des 14 jeunes femmes de l’école Polytechnique de Montréal en 1989.

 

Nous tenons à rappeler que « parmi toutes les personnes ayant déclaré aux autorités policières avoir été victimes en Chaudière-Appalaches, les femmes sont les principales victimes d’agressions sexuelles (88,4%) et d’infractions contre la personne commise en contexte conjugal (78,6%) » (SCF, 2019). Selon Andrée Pelletier, agente aux relations extérieures pour le Havre des femmes : « ces statistiques sont malheureusement beaucoup trop élevées malgré qu’elles représentent seulement les femmes qui dénoncent la violence aux autorités. Dans les faits, c’est beaucoup plus de femmes qui subissent de la violence dans notre région ».

Lire la suite...
 
Communiqué de presse 17 octobre 2020

Des revendications qui résonnent en temps de pandémie pour les groupes de femmes de Chaudière-Appalaches

C’est sous le thème : Résistons pour vivre, Marchons pour transformer que les femmes et les groupes de femmes de la région de Chaudière-Appalaches devaient participer cette année à la 5e action internationale de la Marche mondiale des femmes. Ce grand mouvement mondial, qui devait culminer au Québec par un grand rassemblement prévu le 17 octobre à Terrebonne, a finalement été reporté en raison de la pandémie.

La crise sanitaire mondiale que nous vivons aura cependant révélée le bien-fondé des 5 revendications de cette marche :

 

  • La lutte à la pauvreté des femmes;
  • La lutte contre toutes les formes de violence faite aux femmes;
  • La lutte pour une justice climatique;
  • La lutte pour les femmes migrantes, immigrantes et racisées;
  • La lutte pour les femmes autochtones. Pour en savoir davantage, consultez le site de la Coordination du Québec de la Marche mondiale des femmes (CQMMF).
Lire la suite...
 
Communiqué de presse 21 septembre 2020

Sans garderie, c'est le retour aux chaudrons pour les femmes de Chaudière-Appalaches!

 

Des centaines de familles de Chaudière-Appalaches se retrouvent sans service de garde aujourd’hui. Après avoir fermé leurs portes pour une journée complète le 1er septembre dernier, les responsables de service de garde (RSG) en milieu familial de Chaudière-Appalaches déclenchent une grève générale illimitée. Le Réseau des groupes de femmes Chaudière-Appalaches rappelle que cette profession est pratiquée essentiellement par des femmes et que les métiers traditionnellement féminins relatifs au travail du care,tels les RSG,sont socialement dévalorisés. Dans le cas des RSG, ce sont des femmes que l’on maintient dans des conditions précaires avec un salaire moyen net de 27 000 $ par année.

Cette revendication légitime des RSG et l’impact de cet arrêt de service met aussi en lumière la fragilité de la place des femmes sur le marché du travail.

Lire la suite...
 
Engagez-vous pour le communautaire

18077f91-dd7a-4f22-90ba-8a6b46c3342f

La campagne « Engagez-vous pour le communautaire » qui lutte pour la reconnaissance, le financement et l’autonomie des 4000 organismes de l’Action Communautaire Autonome (ACA), vient d'être lancée au Québec.

Elle vise à mettre de l'avant l'engagement social et communautaire, c’est-à-dire un engagement visant à renforcer les liens de solidarité entre les organismes communautaires, mais aussi à l’engagement de la population et du gouvernement envers ces organismes et les personnes qu'ils soutiennent.

La campagne prépare des actions pour l'automne 2017. « S’engager pour le communautaire, ça veut dire mettre nos ressources et nos forces en commun de manière à obtenir des engagements gouvernementaux à la hauteur de nos besoins! ». 

 
Communiqué de presse- 26 mai 2020

25e anniversaire de la marche " Du pain et des roses" - Les femmes de la Chaudière-Appalaches étaient impliquées

 

Le 26 mai 1995, des femmes provenant de différentes parties du Québec ont passé dix journées à marcher vers la capitale provinciale. C’était la première marche pour « Du pain et des roses », initiée par la Fédération des femmes du Québec (FFQ). Plus de 800 femmes ont participé à la marche, ont franchi 57 villages et suivi 3 itinéraires différents à partir de Montréal, Longueuil et Rivière-du-Loup.

C’est le 4 juin 1995 que ces femmes ont atteint l’étape ultime de leur marche, le siège de l’assemblée législative de la province afin de présenter au gouvernement de Jacques Parizeau une liste de revendications qui comprenaient la hausse du salaire minimum, l’adoption d’une législation sur l’équité salariale, le gel des frais de scolarité, l’augmentation des soutiens sociaux et l’amélioration de la perception des pensions alimentaires.

Luce Morand, directrice générale du Centre-Femmes de Beauce était présente à ce rassemblement grandiose. L’organisme avait mobilisé les groupes de femmes de la Beauce pour l’occasion, en plus d’appuyer les revendications. Elles étaient présentes sur la rue Grande-Allée afin d’attendre les marcheuses. C’est d’ailleurs cette image qui reste gravée dans la mémoire de Mme Morand :

  • C’était émouvant de voir arriver les marcheuses avec leur bannière, je m’en souviendrai toute ma vie. Nous les avons laissé passer afin qu’elles arrivent les premières devant l’Assemblée. […]Il s’agit d’une des plus belles expériences de ma vie, et jamais je n’aurais imaginé un jour la raconter à mes deux petites-filles.
Lire la suite...
 
Ensemble vers la parité et l’égalité en Chaudière-Appalaches

Bannière femme et politique municipale

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Préoccupé par la faible représentation des femmes sur la scène politique municipale dans notre région, le Réseau des groupes de femmes Chaudière-Appalaches, avec la participation financière du Secrétariat à la condition féminine, mène ce projet de 2 ans visant à promouvoir l’égalité et la parité entre les femmes et les hommes dans les instances municipales. Ce projet a une visée sociale, féministe, démocratique et politique.

Nous cherchons à rejoindre des femmes qui ont déjà pensé à se lancer en politique municipale, sans pourtant oser «faire le saut» de se porter candidate, afin de participer à un groupe de discussion.

 

Lire la suite...
 

entente 2

hypersexualisation

entrepreneuriat feminin

sante femme

metiers avenir

analyse sexes