Accès membre

Des revendications qui résonnent en temps de pandémie pour les groupes de femmes de Chaudière-Appalaches

Lévis, le 17 octobre 2020 – C’est sous le thème : Résistons pour vivre, Marchons pour transformer que les femmes et les groupes de femmes de la région de Chaudière-Appalaches devaient participer cette année à la 5e action internationale de la Marche mondiale des femmes. Ce grand mouvement mondial, qui devait culminer au Québec par un grand rassemblement prévu le 17 octobre à Terrebonne, a finalement été reporté en raison de la pandémie.

La crise sanitaire mondiale que nous vivons aura cependant révélée le bien-fondé des 5 revendications de cette marche :

  • La lutte à la pauvreté des femmes;
  • La lutte contre toutes les formes de violence faite aux femmes;
  • La lutte pour une justice climatique;
  • La lutte pour les femmes migrantes, immigrantes et racisées;
  • La lutte pour les femmes autochtones. Pour en savoir davantage, consultez le site de la Coordination du Québec de la Marche mondiale des femmes (CQMMF).

En ce 17 octobre, Journée internationale pour l’élimination de la pauvreté, la Marche mondiale des femmes, tenait à faire reconnaître pleinement la valeur du travail des femmes en assurant un revenu qui couvre tous les besoins essentiels, notamment, en haussant immédiatement le salaire minimum à 15 $ de l’heure.Le Comité régional pour la Marche mondiale des femmes tient également à souligner qu’encore aujourd’hui, des inégalités persistent en Chaudière-Appalaches :

  • En 2019, on constate que l’écart se creuse entre le taux horaire moyen qui est accordé aux travailleuses et celui de leurs collègues masculins. Les femmes qui accusaient un écart de 2,96 $ en 2018 touchent en 2019, 3,10 $ de moins de l’heure que les hommes;
  • Dans la région, 70 % des familles monoparentales ont à leur tête une femme comme cheffe de ménage (Statistique Canada, 2017b);
  • En Chaudière-Appalaches, près de 30 % des femmes travaillent dans le domaine de la vente et du service (SCF, 2019), un des secteurs les plus fragilisés par la pandémie.

Selon le Comité des femmes du Conseil central de Québec Chaudière-Appalaches : « Il y a beaucoup de postes détenus par des femmes qui sont des postes à temps partiel et cela, c’est quand elles ne sont carrément pas uniquement sur une liste de rappel (emplois très précaires), et que beaucoup de femmes sont monoparentales : elles doivent donc occuper plus d’un emploi pour joindre les deux bouts. »

Malgré cette conjoncture difficile, le Comité régional pour la Marche mondiale des femmes croit plus que jamais qu’il est important de s’unir et mobiliser toutes les composantes du mouvement des femmes afin d’obtenir des gains concrets, spécialement en cette journée pour l’élimination de la pauvreté.

Il est important de mentionner que la CQMMF poursuivra ses actions tout au long de l’année. Nous vous informerons des activités mises en place pour la région de Chaudière-Appalaches, ainsi que du détail pour le report de la Marche au 17 octobre 2021.

Le Comité régional pour la Marche mondiale des femmes est issu du Réseau des groupes de femmes de Chaudière-Appalaches, dont la mission première est de défendre les droits des femmes.

- 30 -

 

Karine Drolet et Katherine Tardif

Réseau des groupes de femmes Chaudière-Appalaches

418-831-7588

 

 

Groupes signataires :

Centre femmes La Rose des Vents

Centre-Femmes de Bellechasse

Centre-Femmes de Beauce

Centre-Femmes de Lotbinière

Centre-Femmes La Jardilec

Centre Femmes L'Ancrage

Connexion Emploi ressources femmes

Le Havre L'Éclaircie

La Gîtée

Comite Femmes du Conseil central de Québec Chaudière-Appalaches 

Jonction Pour Elle

Réseau des groupes de femmes Chaudière-Appalaches

 

entente 2

hypersexualisation

entrepreneuriat feminin

sante femme

metiers avenir

analyse sexes